fbpx

On ne laisse pas le comité éditorial dans un coin

par | 27 May 2021

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une réunion qu’il ne faut surtout pas, mais alors SURTOUT PAS rater… Dans tous les sens du terme ! Il ne faut pas la rater parce que sinon, on passe à côté d’informations capitales. Il ne faut pas la rater, au sens “planter” du terme, car c’est la qualité du travail qui en pâtit…

Cet article est la transcription enrichie du dix-neuvième épisode de notre podcast.

À quoi sert le comité éditorial ?

Le comité éditorial, il est destiné à cadrer la production des contenus. L’agence y propose les idées d’articles, de vidéos, d’épisodes de podcast qui pourraient être produits prochainement. Elle évoque des angles, des formats, des intervenants éventuels pour chacun… Parfois, en prenant le pouls du client, elle ne le sent pas convaincu, convaincu. Alors elle défend l’intérêt, selon elle, pour la marque, de ces contenus qu’elle propose. Libre à lui, une fois qu’il a entendu l’argumentaire de dire oui ou de dire non.

Côté client justement, le comité édito, c’est le moyen de prendre connaissance des différentes propositions, et de les valider (ou non). C’est aussi le moment de faire part des enjeux actuels et futurs de l’entreprise, de ses besoins et/ou envies en termes de contenus à court ou moyen terme. À l’issue du comité éditorial, on amorce la production des contenus !

Qui doit y participer ?

Le cadre est donc posé. Une fois qu’on sait ça, qui doit y participer à ce comité éditorial ? Et bien, tout simplement, côté client :

  • les différentes parties prenantes sur la partie contenu dans l’entreprise : content manager de la marque, responsable communication, entre autres…) ;
  • les personnes qui auront un lien direct avec ces contenus – ou à qui on demandera des comptes sur le fond, la forme, la performance).

Attention, pour plus d’efficacité, c’est pas mal quand même d’éviter d’être trop nombreux… Si vous voyez ce que je veux dire.

Côté agence, on retrouve un chef de projet, éventuellement le directeur ou la directrice éditoriale.

Comment l’organiser ?

Avant de pouvoir mettre toutes ces personnes dans une même pièce, ou une même visioconférence, il faudra l’organiser ce comité éditorial. Ça, c’est le travail de l’agence. Charge à elle, avant la réunion, d’envoyer les invitations, de préparer un ordre du jour, et bien sûr, une liste de propositions de sujets ! Avant cela, elle prendra soin de recueillir les informations concernant les enjeux et les souhaits du client. Cela permet non seulement de ne pas tomber à côté de la plaque dans les propositions de contenus qu’elle avait en tête, mais aussi et surtout de répondre à la demande du client en ajoutant des propositions dédiées. Si un client explique que dans les trois mois, sa marque veut communiquer sur ses engagements en matière de RSE par exemple, le savoir en amont permet à l’agence de prendre le temps de réfléchir à des contenus qui iront dans ce sens.

Comment l’animer ?

Avant dernière étape, l’animation du comité éditorial. Il est primordial, durant ce comité, que tout le monde soit entendu. Cela, autant chez le client que du côté de l’agence. Il faudra trouver un consensus pour chaque thématique, chaque sujet…

Les remarques du responsable de la communication doivent être prises en compte par l’agence, tout comme celles du, ou de la, content manager. L’agence, elle, fait part de ses approbations comme de ses doutes, et de ses suggestions d’aménagement, par exemple sur l’angle d’un sujet, le choix d’un expert, une thématique à traiter… En d’autres termes, durant ce comité, chacun apportera sa vision, son expertise, pour arriver à une production de contenu optimale à tout point de vue.

Faire un article sur la politique RSE dans lequel le client aimerait donner la parole à différentes personnes dans l’entreprise, c’est une bonne idée. Donner la parole à trop de monde, en fonction du format choisi, il se peut que ça ne tienne pas, que ce ne soit pas cohérent, et que l’objectif final de communication soit donc manqué. Forte de son expertise éditoriale, l’agence le verra avant même d’entamer la production du contenu.

Avec un bon compromis, on aura sans doute la possibilité de prévoir assez peu d’intervenants pour que le contenu soit efficace… Sans, grâce au client, se priver d’une expertise précieuse.

Quelles suites donner au comité éditorial ?

Une fois la réunion terminée, les demandes de modifications ou de sujets supplémentaires identifiés sont intégrées et consignées dans un compte rendu qui entérine ce qui s’est dit en comité éditorial. L’agence crée ensuite les fiches d’angles, les scripts de podcast, les conducteurs pour les vidéos. La phase de production à proprement parler pourra alors commencer.

Photo by Mapbox on Unsplash

Prenez des nouvelles du diable